La chronique d’Aurélie //99// Robe Eléonore multi-saisons

Hello,

Et une robe de plus, une!!! Je crois que c’est le vêtement que j’aime coudre le plus ! Que ce soit facile ou plus compliqué, en hiver ou en été, originale ou classique… J’adore m’en faire pour des occasions toutes plus différentes les unes que les autres et je crois que je ne m’en lasserai jamais ! Et surtout, le gros avantage quand on coud soi même un modèle, c’est de pouvoir jouer sur la longueur. Il m’arrive d’être déçue en boutique par les robes proposées car je les trouve bien souvent trop courtes quand je veux une robe de tous les jours et trop longues quand j’ai envie d’une robe plus séduisante ! Vous l’aurez compris, je suis une maniaque de la longueur de la jupe… Problème qui est entièrement résolu, quand on est couturière !

Pour cette nouvelle robe faite maison, j’ai essayé le patron Eléonore proposé par le livre « Un été couture » de la République du chiffon. Ce qui m’a fait craqué : les manches trois quart qui permettent de la porter lors de la mi-saison ainsi que son « col portefeuille ». Concernant les modifications, j’ai juste remplacé les classiques boutonnières par des pressions invisibles mais c’est peut être temporaire car je trouve le rendu Bof bof… Vous noterez, d’ailleurs, que c’est un autre avantage d’être couturière. Rien n’est figé : on peut changer une fermeture (ou autre) au gré de ses envies !

Le tissu est un polyester de chez Toto. J’aime beaucoup son imprimé car il est hyper facile à assortir : aussi bien l’été en espadrilles avec une petite veste en jean qu’à la rentrée en boots avec un perfecto. Bref, c’est une robe multi-saisons !

Voici mon Eléonore lors d’une soirée d’été à l’île de Ré !

robe éléonore (5)

robe éléonore (2)

robe éléonore (1)

robe éléonore (3)

Merci mon chéri pour les photos !

J’espère que cette Eléonore vous aura donné envie de vous coudre des tas de robes ! D’ailleurs, en parlant de robe, la semaine prochaine pour ma 100ème chronique (déjà!!!!!!) je partagerai avec vous une énième version de mon patron de robe préféré… Vous devinez lequel, non ?

Merveilleux mercredi,

Couturièreument vôtre,

Aurélie